Project Description

Commotion cérébrale (TCC)

Qu’est-ce que la commotion cérébrale ?

La commotion cérébrale, aussi nommée traumatisme craniocérébral (TCC), est une atteinte au niveau du cerveau lorsque celui-ci reçoit un impact traumatique, qu’il soit direct (comme un coup sur la tête) ou indirect (comme lors d’un accident de voiture où la tête ne reçoit pas directement l’impact, mais où elle est secouée).

Les symptômes apparaissent généralement rapidement et perturbent la fonction sans qu’il y ait nécessairement de lésion structurelle. Ainsi, les tests d’imagerie conventionnels (IRM, TACO, CT-Scan, etc.) ne peuvent pas observer de dommages physiques.

Il existe 4 grandes catégories de symptômes d’un TCC :

  • Les symptômes physiques (douleur à la tête ou au cou, étourdissements, vertiges, trouble d’équilibre, fatigue, hypersensibilité à la lumière ou au bruit)

  • Les symptômes cognitifs (confusion, ralentissement de la vitesse du cerveau, trouble d’attention, de concentration, de mémoire ainsi que fatigue mentale)

  • Les symptômes affectifs (irritabilité, stress, anxiété, dépression, fluctuation émotionnelle)

  • Les symptômes liés au sommeil (difficulté à s’endormir, nécessité de dormir longtemps ou de faire des siestes)

Contrairement à une croyance populaire, une perte de conscience n’arrive pas systématiquement lors d’une commotion cérébrale !

Quoi faire après avoir subi une commotion ?

  • En cas de doute, considérez toujours qu’une commotion s’est produite !

  • Il est important d’arrêter l’activité qui a causé la commotion et d’éviter de subir un second impact pendant les 48 heures qui suivent.
  • Pendant ces 48 heures, veillez à être suivi par un proche qui s’assure que la situation ne s’aggrave pas. Le proche doit veiller à la sécurité de la personne blessée et lui laisser le plus de temps de sommeil possible.

  • Diminuez au maximum les activités cognitives pour les premières 48 heures (écran, école, travail, lecture).

  • Consultez un professionnel compétent dans l’évaluation des commotions (médecin ou physiothérapeute à jour dans les recommandations internationales).

Quand consulter à l’urgence ?

  • Engourdissement ou picotement dans les jambes ou les bras

  • Changement soudain dans l’état de conscience (problème d’élocution ou de parole, perte de conscience, convulsions)

  • Coloration sous les yeux, dans les oreilles ou derrière les oreilles

  • Mal de tête qui s’intensifie

  • Vomissement (chez l’adulte)

  • Vomissement en jet (chez l’enfant)

  • Vision double

  • Augmentation de l’agressivité

  • Difficulté lors de la déglutition

Approche en physiothérapie

Une évaluation initiale d’environ 1 heure est nécessaire. Celle-ci se déroule en 3 étapes :

  1. Discussion pour mieux comprendre ce qui s’est passé ainsi que pour connaître l’historique des blessures.
  1. Évaluation physique pour :
    1. S’assurer que l’état de santé du patient est stable et ne requiert pas une consultation immédiate à l’urgence.
    2. Prendre des mesures qui permettront un suivi.
    3. Comprendre quelles sont les atteintes principales et les traiter de façon optimale.
  1. Traitement en fonction de l’évaluation (thérapie manuelle, technique de tissus mous, physiothérapie vestibulaire, thérapie oculomotrice) et remise des consignes.

*Au besoin, vous serez redirigé vers d’autres professionnels (kinésiologue, neuropsychologue, optométriste, médecin).